French Assurtech

  • 00jours
  • 00heures
  • 00minutes
  • 00secondes

Fin de l'appel à candidatures : le 22 février 2023

[FLASHBACK INNN 📆] Discussion avec Killian Vermersch (Golem.ai)

âœđŸ»Propos recueillis par Claire CAMINATI FARBER, Responsable Communication French Assurtech & Startup Palace

On vous a dit qu’on revenait dans quelques mois Ă  Niort pour la 2e Ă©dition du INNN ? En attendant, je vous propose de se replonger dans l’Ă©dition 2022 avec Killian Vermersch, nouveau CEO de la startup Golem.ai qu’on a eu l’occasion de croiser lĂ -bas.

🎙Golem.ai en quelques mots c’est quoi ?

Bien qu’il s’agisse dans la culture pop d’une crĂ©ature mythique, Golem.ai est aussi une deeptech française ayant pour ambition de simplifier le quotidien de ses clients en accĂ©lĂ©rant et fiabilisant le traitement de leurs messages. Comment ? GrĂące Ă  une intelligence artificielle qui extrait les informations de vos messages entrants (y compris les piĂšces jointes) pour ensuite les catĂ©goriser, voire proposer des brouillons de rĂ©ponses ou rĂ©pondre automatiquement. La solution est Ă©galement capable d’automatiquement alimenter un CRM pour le mettre Ă  jour ou d’aller y rĂ©cupĂ©rer des informations pour alimenter les rĂ©ponses gĂ©nĂ©rĂ©es. 

Dans le secteur de l’assurance, la prioritĂ© Ă©tant d’optimiser la qualitĂ© du traitement des demandes des assurĂ©s, l’IA est un outil d’aide aux collaborateurs qui Ă©vite d’ĂȘtre submergĂ©s de messages au point de ne plus avoir de temps pour leur rĂ©pondre vite.

Mais ce dont nous sommes le plus fiers, c’est qu’il s’agit d’une technologie qui ne nĂ©cessite pas d’entraĂźnement datas type machine learning. Deux avantages Ă  cela : elle est totalement explicable par nature mais surtout frugale !

🎙Vous avez fait partie de la 2 saison de French Assurtech : oĂč en ĂȘtes-vous depuis ? Comment se porte Golem.ai ?

Bien ! MĂȘme trĂšs bien.

Maintenant que nous avons du recul, j’en profite pour prĂ©ciser que la saison 2 de French Assurtech Ă©tait un beau tremplin pour ĂȘtre au contact de nombreuses assurances et mutuelles (avec quelques PoC Ă  la clĂ©). Nous Ă©tions au stade de l’analyse et de la comprĂ©hension des enjeux technologiques, des process, et des modes de fonctionnement qu’ont les grands groupes avec les startups. Nous cherchions la maniĂšre la plus efficiente de scaler la production de nos solutions (comme l’analyse de messages) en partant du besoin client.

Aujourd’hui, notamment aprĂšs une deuxiĂšme levĂ©e de fonds en 2021, nous comptons environ 40 collaborateurs, une technologie qui s’est faite un nom dans l’univers du NLU (Natural Language Processing) et une solution d’analyse des messages entrants qui rĂ©pond Ă  beaucoup de besoins liĂ©s au traitement de la relation client. 

Nos enjeux aujourd’hui portent plus sur l’expansion de notre solution d’analyse de messages entrants sur de nouveaux secteurs, le dĂ©veloppement de nouveaux partenariats avec notre coeur technologique NLU, mais Ă©galement sur la communication autour de la frugalitĂ©.

🎙Il me semble que vous avez lĂ©gĂšrement pivotĂ© aujourd’hui et que votre solution ne s’adresse plus tout Ă  fait Ă  la mĂȘme cible qu’Ă  l’Ă©poque de votre accĂ©lĂ©ration, non ? Tu peux nous en dire plus ?

Nous nous sommes focalisĂ©s. Historiquement chez Golem.ai nous vendions plusieurs produits issus de notre technologie NLU notamment de l’analyse de documents, de GED
 Aujourd’hui nous proposons notre solution d’analyse de messages entrants, et des partenariats autour de notre cƓur technologique NLU.

C’est un focus stratĂ©gique sur notre produit InboxCare qui s’adresse surtout aux directions de la relation/expĂ©rience client et de toute autre entitĂ© qui gĂšre les flux d’échanges avec l’extĂ©rieur. Il permet par ailleurs de focaliser les Ă©quipes sur une expertise prĂ©cise ! On gagne ainsi en agilitĂ©, en rationalisation de process


En parallĂšle, nous mettons directement Ă  disposition notre cƓur technologique, le mĂȘme que celui sur lequel s’appuie InboxCare, dans le cadre de projets stratĂ©giques avec nos partenaires. Cela leur permet de crĂ©er leurs propres offres internes ou externes basĂ©es sur notre expertise en NLU.

🎙Tu as choisi d’exposer lors de la 1Ăšre Ă©dition du INNN, le salon de l’innovation et du risque qui s’est tenu les 5 et 6 octobre derniers Ă  Niort. Pourquoi ? Pourquoi Ă©tait-il important pour toi de ne pas rater cet Ă©vĂšnement ?

Le secteur des assurances et mutuelles possĂšde une appĂ©tence forte sur les sujets IA et notamment sur l’analyse des messages entrants des assurĂ©s, du parcours de souscription Ă  la gestion des sinistres.

C’est un domaine qui nĂ©cessite de capter beaucoup d’informations complexes Ă  traiter dans le traitement de la relation client comme les numĂ©ros de contrats ou les piĂšces d’identitĂ©, avec un haut degrĂ© de risque pour garantir la confidentialitĂ© des donnĂ©es. De plus ce sont souvent des messages avec plusieurs intentions qu’il faut traiter de maniĂšre distincte (exemple : rĂ©clamation, demande de prix
).

En sommes, c’était cohĂ©rent avec notre stratĂ©gie de prospection !

🎙Que retiens-tu de cette premiĂšre Ă©dition ? 

Pour les Ă©quipes, nous retenons plusieurs contacts trĂšs rĂ©ceptifs Ă  l’idĂ©e d’intĂ©grer vite de nouvelles innovations technologiques. Les prospects ne venaient pas uniquement faire de la veille, ce qui est souvent notre crainte sur les salons.

Et personnellement, c’était l’occasion de donner une confĂ©rence sur le sujet de la frugalitĂ©, pour mettre en avant nos valeurs et Ă©duquer le public sur l’existence de technologies d’IA qui consomment peu. Un bon test de notre discours. Mais je retiens surtout que les thĂ©matiques des autres confĂ©rences Ă©taient Ă©galement trĂšs focalisĂ©es sur des cas d’usages pragmatiques pour le secteur assurantiel (exemple : assurance embarquĂ©e, gestion des sinistres
).

🎙Si tu devais convaincre une startup d’exposer lors de la prochaine Ă©dition du INNN, que lui dirais-tu ?

En tant que startup, le temps allouĂ© sur les salons est sujet Ă  dĂ©bat, car c’est parfois coĂ»teux en investissement (financier et humain) ou au contraire trĂšs intĂ©ressant. Se rendre au salon INNN c’est plutĂŽt miser sur la seconde option ! De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, les trĂšs grands salons servent surtout Ă  la notoriĂ©tĂ©, lĂ  oĂč les salons spĂ©cialisĂ©s servent directement le business.

Share this article on social networks :

Les derniÚres actualités