French Assurtech

[LES PÉPITES DE L’ÉCOSYSTÈME ASSURTECH & TECH] FOCUS SUR…EYST

✍🏻Propos recueillis par Claire Caminati Farber, Responsable Communication French Assurtech & Startup Palace

Qui dit nouvelle semaine, dit nouvelle pépite de l’assurtech sur le blog de French Assurtech. Je vous propose de nous intéresser aujourd’hui à Eyst, dont vous avez peut-être déjà entendu parler. (Si ce n’est pas le cas, alors vous êtes au bon endroit ! 🙃.


🎙Bonjour Arnaud, ravie de pouvoir vous avoir sur le blog aujourd’hui pour parler de la startupque vous avez fondée : Eyst. Pourriez-vous nous en dire plus sur Eyst ? Date de création, équipe fondatrice… On veut tout savoir !

Hello Claire ! 👋🏻
Eyst c’est un projet que nous murissions avec mes associés depuis plus d’un an. Mais l’entreprise a été créée récemment, en juin 2022. Nous sommes quatre associés issus de l’entrepreneuriat, de domaines différents et complémentaires, à savoir du produit, des DSI, de la vente complexe, etc.

🎙Vous êtes quatre fondateurs donc. Pourquoi cette appétence pour le secteur de l’assurance ?

Cette appétence est venue naturellement. En tant que consommateurs, nous avons noté des éléments qui pouvaient être améliorés pour les assureurs et les assurés grâce à une nouvelle offre techno.

🎙À qui s’adresse votre solution aujourd’hui et combien de clients comptez-vous ?

Notre solution est à destination de tous les assureurs, gestionnaires de sinistre, courtiers grossistes et TPA. Nous discutons avec beaucoup de ces acteurs. D’ailleurs, notre solution sera live début 2023 avec plusieurs d’entre eux. 🙃

🎙Comment ça fonctionne très concrètement Eyst ?

Eyst est une solution techno en marque blanche qui s’intègre dans l’application mobile et/ou site web des assureurs et qui permet au moment de l’indemnisation par l’assureur, de transférer les fonds du sinistre instantanément à l’assuré sur une carte Apple Pay/Google Pay.
Cette carte est utilisable immédiatement par smartphone et permet à l’assuré de ne pas
avancer les fonds du sinistre et de pouvoir rapidement réparer celui-ci.
Ces mêmes cartes de paiement sur lesquelles sont versées les indemnisations, permettent
aux assureurs via l’outil Eyst de suivre les transactions en temps réel, de recevoir des alertes
de suspicion de fraude et de comprendre ce que fait l’assuré avec son indemnisation.

🎙J’ai cru lire dans l’Argus que vous aviez un partenariat avec un nouveau courtier, Omniiz (lancé par le groupe de presse Reworld Media). En quoi consiste ce partenariat ?

Omniiz commercialise une nouvelle gamme de produits en collaboration avec des acteurs assurantiels. Ces acteurs intègreront la solution Eyst début 2023. C’est un autre moyen de pénétration pour Eyst et nous sommes très satisfaits de ce partenariat avec Omniiz !

🎙Avez-vous d’autres partenariats similaires avec de gros assureurs ?

Nous avons déjà discuté avec plusieurs gros assureurs, ils s’intéressent à notre solution. Nous avons par ailleurs prévu de rediscuter avec eux dans les prochaines semaines.

🎙Avez-vous déjà levé des fonds ? Si oui, auprès de qui et pourquoi ? Si ce n’est pas le cas : cela fait-il partie des projets à court terme ?

Nous venons de closer un tour de pre-seed hybride (equity et non-dilutif) auprès de Plug&Play, de
Wilco et de la BPI. Ces fonds serviront en priorité à recruter des ressources dev en interne, à accélérer notre commercialisation et à nous donner une latitude financière suffisante pour les mois à venir.

🎙Eyst en 3 chiffres/dates clés, ça donne quoi ?

  • 80% : c’est le nombre d’assurés que nous avons sondés qui souhaiteraient ne plus avoir à avancer les fonds lors de la survenance d’un sinistre.
  • 2,5 milliards d’euros : c’est le montant fraudé en France chaque année aux assureurs et non recouvrés.
  • 4 : c’est le nombre d’associés fondateurs de Eyst, parce que seul on va vite mais ensemble on va plus loin.

🎙Quelles sont les prochaines grandes étapes pour Eyst sur le marché français ou au niveau européen ? D’ailleurs, êtes-vous présents ailleurs qu’en France aujourd’hui ?

La prochaine grande étape est forcément le lancement de notre produit. Nous travaillons dur pour offrir un outil techno de contrôle de la fraude « post-indemnisation » clé en main aux assureurs.
Niveau européen, nous discutons déjà avec plusieurs insurtech allemandes et espagnoles.

🎙Votre plus grande fierté avec Eyst ?

Notre plus grande fierté est de nous dire qu’avec notre solution nous aurons un impact sociétal.
Nous souhaitons via notre solution, que les assurés n’aient plus à avancer les frais d’un
sinistre, le pouvoir d’achat de ces derniers sera clairement avantagé !

🎙Une assurtech / fintech française dont vous admirez particulièrement le développement et pourquoi ?

Nous trouvons particulièrement brillante l’innovation que propose Descartes Underwriting, au travers de son offre d’assurance paramétrique. C’est tellement disruptif et adapté aux besoins actuels.
Aussi, pour la petite histoire nous avons eu le plaisir d’apprendre lors de notre incubation au Swave
que Tanguy Touffut, le fondateur de Descartes Underwriting était le parrain de notre promo, c’était
une belle surprise !

🎙Que pensez-vous des accélérateurs de startups comme French Assurtech ?

Nous sommes accelerés chez Wilco et au Swave et nous connaissons l’importance pour une jeune
entreprise comme la nôtre d’etre accompagnée dans notre démarche.
Cela nous permet de rencontrer les bonnes personnes, de créer des synergies, de faire accélérer
notre entreprise, d’être entouré d’experts et bien d’autres choses.

Nous conseillons à chaque jeune pousse qui ressent le besoin de structurer sa démarche de se
tourner vers des accélérateurs.


👀Suivre Eyst Technology :

Partagez cet article sur les réseaux :
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les dernières actualités