French Assurtech

[LES PÉPITES DE L’ÉCOSYSTÈME ASSURTECH & TECH] FOCUS SUR…STOÏK

✍🏻Propos recueillis par Claire CAMINATI FARBER, Responsable Communication French Assurtech & Startup Palace

On revient aujourd’hui sur le blog pour vous présenter une nouvelle pépite de l’assurtech à connaitre absolument…D’ailleurs, vous en avez peut-être entendu parler ces derniers jours car STOÏK (car oui, c’est elle dont on va parler aujourd’hui) a remporté le prix Insurtech de l’année lors de la dernière édition de l’Insurday, organisée par Finance Innovation. Rencontre avec Jules Veyrat, fondateur.

🎙C’est quoi Stoïk ? C’est quoi au juste une cyber-insurtech comme j’ai pu le lire ici et là ?

Stoïk, c’est la première agence de souscription spécialisée dans le risque cyber en France et en Europe. Notre idée est simple, elle consiste à associer un produit d’assurance avec des outils de cybersécurité pour mieux sélectionner, quantifier et réduire le risque de nos assurés. Et ces outils sont 100% gratuits, puisque nous avons tous intérêt à ce qu’ils soient utilisés.

Être une cyber-insurtech, c’est donc mettre notre technologie au service de notre produit d’assurance pour qu’il soit plus performant et réponde aux enjeux actuels du secteur. Aujourd’hui, les assureurs manquent cruellement d’expertise pour sélectionner et quantifier un risque aussi technique que celui des cyberattaques. Notre brique technologique permet d’aller plus loin dans la maîtrise de ce risque et d’aider nos assurés à mieux se protéger.

🎙Pourquoi avoir lancé Stoïk ?

Notre objectif est d’apporter une solution aux entreprises qui sont vulnérables face aux cyberattaques car elles ne bénéficient pas d’un bon niveau de protection cyber et qu’elles ne sont pas assurées contre ce risque. Nous avons voulu casser le cercle de l’inassurabilité des plus vulnérables en alliant assurance et protection cyber.

🎙À qui s’adresse votre solution ? Combien de clients comptez-vous aujourd’hui ?

Nous adressons des entreprises qui réalisent jusqu’à 250 millions de chiffre d’affaires. Nous comptons actuellement plusieurs centaines de clients, bientôt des milliers.

🎙Concrètement, comment ça fonctionne ?

Pour s’assurer chez Stoïk, une entreprise doit tout d’abord passer par notre scan externe de vulnérabilités. Cet outil permet de déterminer son éligibilité à notre produit d’assurance. Nous allons ainsi scanner l’infrastructure externe du système informatique de l’entreprise et analyser le niveau de sécurité de toute les portes d’entrée potentielles. Lorsqu’il a terminé de tourner (en quelques minutes ou quelques heures), l’outil délivre un score sur 100, si l’entreprise a plus de 60 sur 100, elle peut s’assurer. Si elle est en-dessous de 60, l’entreprise est jugée trop à risque pour être assurée. Nous l’aidons alors à corriger ses vulnérabilités pour qu’elle devienne assurable.

Une fois l’entreprise assurée chez Stoïk, le scan externe va continuer de tourner de manière hebdomadaire pour monitorer en continu sa surface d’attaque. Nous mettons à disposition de nos assurés d’autres outils pour les aider à maintenir un niveau de risque assurable : outil de campagne anti-phishing, scan interne d’Active Directory, scan interne de Cloud.

Ces outils nous permettent de mieux connaître nos assurés, leur niveau de risque, mais aussi de mieux anticiper la menace en fonction de notre portefeuille de client et ainsi de contrôler notre ratio sinistre sur prime comme aucun autre assureur cyber en France.

🎙Combien ça coûte pour une TPE / PME d’utiliser votre solution pour se protéger des cyberattaques ?

Il est possible de souscrire notre assurance cyber à partir de quelques centaines d’euros par mois. Les outils de cybersécurité que nous développons et mettons à disposition de nos assurés sont inclus dans le prix de l’assurance.

🎙Qui sont vos courtiers partenaires et comment les sélectionnez-vous ?

Demain, tous les courtiers qui interagissent avec des entreprises seront amenés à vendre de l’assurance cyber, tant le risque est immense. Nous voulons tous les accompagner !

Nous avons déjà aujourd’hui plus d’un millier de courtiers partenaires qui utilisent tous les jours notre plateforme qui leur est dédiée. Cela inclut les plus grands cabinets (Verspieren, WTW, Filhet Allard) comme de petits courtiers indépendants.

🎙Vous avez communiqué sur “un partenariat de grande ampleur avec BNP Paribas”. En quoi consiste ce fameux partenariat ?

Nous sommes très fiers d’avoir été choisis par BNP Paribas pour distribuer notre produit d’assurance, c’est un nouveau levier de croissance très puissant pour nous. Dans le cadre de ce partenariat, les conseillers du réseau bancaire BNP Paribas peuvent proposer à leurs dizaines de milliers de clients professionnels TPE et PME la souscription au produit d’assurance cyber Stoïk qui les assure et les protège contre les cyberattaques. Ainsi, BNP Paribas recommande notre solution à des prospects que nous redirigeons vers un de nos courtiers partenaires afin de faciliter la souscription.

🎙Qu’est ce qui selon vous fait que vous ayez remporté le prix d’Insurtech de l’année lors de l’Insurday, organisé par Finance Innovation ?

Je ne m’attendais pas à ce que l’on remporte ce prix. Je visais plutôt celui de la jeune pousse de l’année et j’ai été très agréablement surpris lorsque Stoïk a finalement été choisi pour le prix de l’Insurtech de l’année. Nous sommes très jeunes, mais nous avançons vite et notre expertise est aujourd’hui reconnue sur le marché, nous en sommes très heureux.

🎙En juin dernier vous avez levé 11 millions d’euros. Auprès de qui et pourquoi ? C’était votre première levée de fonds ?

Nous avons en effet levé 11 millions d’euros en Série A auprès d’Andreessen Horowitz (a16z) qui est, à mes yeux, le plus beau fonds d’investissement au monde. C’était donc notre seconde levée de fonds. Elle nous permet aujourd’hui de faire grandir nos équipes, notamment commerciales pour absorber la demande et animer notre réseau de courtiers partenaires, mais aussi nos équipes assurance pour faire de notre produit le plus compétitif du marché, nos équipes risque pour la réponse à incident et la gestion de sinistre ainsi que notre équipe d’ingénieurs cyber qui continue de développer de nouveaux outils de protection pour nos assurés.

🎙Quels sont les challenges pour un jeune entrepreneur au moment de lever des fonds ?

Une levée de fonds est très chronophage, le plus compliqué est donc de continuer de faire tourner son business tout en discutant tous les jours avec des dizaines de fonds. L’objectif principal, donc, est de maîtriser le timing de la levée pour éviter que cela ne dure des mois.

🎙Est-ce qu’un développement à l’international fait partie des objectifs sur le moyen / long terme ? Quels marchés en priorité ?

C’est un projet en effet pour courant 2023, nous souhaitons ouvrir 3 pays en Europe continentale mais nous vous en dirons plus le moment venu.

🎙Stoïk en 3 chiffres/dates clés, ça donne quoi ?

  • Juin 2021 : création de Stoïk avec mes 3 associés
  • Janvier 2022 : 1ère levée en seed et lancement du produit sur le marché
  • Juin 2022 : Série A de 11 millions avec Andreessen Horowitz
  • Novembre 2022 : insurtech de l’année.

🎙Quelles sont les prochaines grandes étapes pour Stoïk ?

Pour 2023, nous souhaitons ouvrir d’autres pays en Europe occidentale, comme évoqué précédemment. Mais avant ça, nous devons encore consolider notre présence sur le marché français et continuer de faire grandir nos équipes dans le bon sens.

🎙Votre plus grande fierté avec Stoïk ?

C’est évidemment la dynamique collective qui s’est créée. Voir 40 personnes motivées chaque matin par ce projet commun me remplit de joie.

🎙Une assurtech / fintech française dont vous admirez particulièrement le développement et pourquoi ?

Descartes Underwriting, l’un de nos prédécesseurs comme Insurtech de l’année, qui a réussi à passer à l’échelle sur un risque non moins complexe que le nôtre.

🎙Que pensez-vous des accélérateurs de startups comme French Assurtech ?

Que du bien ! Heureusement que ça existe pour aider les jeunes pousses à émerger.


👀Suivre Stoïk sur les RS :

Partagez cet article sur les réseaux :
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les actualités de l'accélérateur