French Assurtech

[Les pépites de l’écosystème assurtech & tech] Focus sur… Rosaly

✍🏻 Propos recueillis par Claire CAMINATI-FARBER, Responsable Communication French Assurtech & Startup Palace

Pour cette nouvelle interview des Pépites de l’écosystème Assurtech & Tech, j’ai eu l’occasion d’échanger avec Arbia Smiti, fondatrice de la startup Rosaly, une startup Fintech prometteuse.

Peux-tu stp tout d’abord te présenter en quelques mots ?

J’ai fondé ma première startup en 2010, Carnet de Mode, une place de marché pour jeunes créateurs (vendue en 2017). Fin 2019, j’ai fondé Rosaly, une fintech offrant des services d’accomptes sur salaire et d’éducation à la gestion financière pour les employés. Je suis aussi mentor d’une douzaine de tech startups en France (AI, Blockchain, E-commerce, Mobilité, AR, Fintech,…).

Comment on passe de Carnet de Mode (ta toute première boite si je ne m’abuse) à Rosaly ?

L’idée de fonder Rosaly m’est venue à un moment où j’étais en quête de sens vis-à-vis de mon métier. Il était fondamental que mon nouveau projet ait un impact positif sur la société. Étant fortement impliquée dans la sphère entrepreneuriale, je voulais profiter de la richesse de mon expérience passée pour la dédier à un projet répondant à un enjeu social. En pleine crise des Gilets Jaunes, marquée par l’émergence de revendications soulignant la gestion financière compliquée des Français, j’ai été sensible à ce malaise social. Les solutions bancaires alternatives permises par l’octroi de divers crédits ne sont pas satisfaisantes. Étant sensibilisée aux solutions qui se développent aux Etats-Unis et dans d’autres pays, j’ai souhaité décliner ces solutions et les rendre accessibles en France et en Europe. Rosaly a ainsi été fondé fin 2019, une fintech offrant des services d’acomptes sur salaire et d’éducation à la gestion financière pour les employés.   

Rosaly : c’est quoi ? Et comment ça fonctionne ?      

Rosaly est une fintech à impact social B Corp, qui a pour défi d’aider les organisations à révolutionner le bien-être financier de leurs salariés, grâce à une solution de paie à la demande accompagnée d’un dispositif d’éducation financière. Notre solution vous permet de renforcer la politique sociale auprès des employés, afin de les aider à faire face aux imprévus et mettre un terme aux fins de mois difficiles.

Qui sont vos clients directs et combien en comptez-vous aujourd’hui ?

Nos clients sont principalement des entreprises à “cols bleus”. Restauration, Service à la personne, retail…. Sont les principaux secteurs que nous touchons. Parce que les petits salaires sont plus enclin à faire des acomptes d’une part, mais aussi parce que ces secteurs sont fortement touchés par le turnover. La marque employeur et les bénéfices sont donc un atout de taille pour ces entreprises.Notre modèle est basé sur l’employeur, car nous sommes convaincus que les employés ont besoin d’une véritable alternative aux prêts à la consommation et aux découverts. C’est donc un service 100% gratuit pour les utilisateurs.Nous comptons aujourd’hui une vingtaine de clients, comme le groupe Zephyr,  Le groupe GVH ou encore la Brigade.

C’est quoi ta dernière grosse actualité ?     

Nous avons publiée une étude avec Opinion Way qui a montré qu’1/3 des français seraient séduit à l’idée d’être payée plusieurs fois par mois !! Nous avons eu plus de 100 mentions à ce sujet et nous sommes passés sur le JT de TF1, le Figaro, CNews et j’en passe. 

Quels sont vos plus gros challenges aujourd’hui ?

Le premier obstacle a été legal, ce qui constituait une véritable barrière à l’entrée. Ensuite c’est le côté produit qui prend le plus de temps. Car la technologie derrière notre solution est assez avancée, et il faut constamment l’améliorer. L’enjeu numéro un est donc le recrutement, pour pouvoir constituer une équipe de talents engagés, qui peuvent faire face à tous les challenge rencontrés.

Vous êtes combien aujourd’hui dans l’équipe ?

Nous sommes une quinzaine de collaborateurs.

Est-ce que vous recrutez ? Si oui, quels profils ? Et comment postuler pour rejoindre l’équipe ?

Oui à mort ! des techs, un head of product, des designer, talent acquisition manager et j’en passe…. Nous sommes sur Welcome to The Jungle

Tu as levé 1,5 million d’euros début 2021. Auprès de qui et pourquoi ?

Auprès de business angel. Pour recruter et développer un produit béton avant de se lancer sur le marché. 

Est-ce que Rosaly est présent aujourd’hui au niveau international ?      

Nous sommes présents partout en France, et nous voulons nous étendre en Europe, en commençant par l’Espagne, le Portugal et l’Italie. 

Ça se passe comment d’ailleurs quand on est une startup FR qui veut se lancer sur la scène internationale ?

Vous n’êtes pas sans savoir que les fintech explosent. La demande pour des solutions alternatives aux modèles traditionnels augmentent fortement, la technologie permettant maintenant
de proposer des innovations tout aussi (voir plus) performantes et sécurisée. Par contre, en ce qui concerne le salaire, il y a eu très peu, voir 0 innovation ces 30 dernières années à ce sujet. Donc en Europe, les portes sont ouvertes ! Il faut simplement traduire… et rencontrer les clients. 

Si tu avais la possibilité de revenir en arrière, que changerais-tu dans le développement de Rosaly ?

C’est trop tôt pour le dire.

Ta plus grande fierté aujourd’hui avec Rosaly ?

D’avoir recruter une équipe de choc en qui je peux avoir confiance. 

Projetons-nous maintenant : Rosaly dans 2 ans ça donne quoi ? Vous êtes où ?

 Nous serons peut-être listés parmi les nouvelles licornes françaises, qui sait….

Une assurtech/fintech dont vous admirez particulièrement le développement et pourquoi ?

Swile, leur branding est vraiment fun et chouette ! 

Rosaly sur les RS :

Partagez cet article sur les réseaux :
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les actualités de l'écosystème

News de l'écosystème

L’Observatoire de l’Assurtech #1

Sélection 1 – Découvrez une sélection d’articles réalisée par French Assurtech pour observer les tendances du secteur.